Konferencja Les écritures des archives II / Writings of Archives II: 11-13.12.2017

Colloque international et interdisciplinaire: „Les écritures des archives II. Archives et création artistique”

International Interdisciplinary Conference: „Writings of Archives II: Archives and Artistic Creation”

W dniach 11-13 grudnia 2017 Instytut Kultury Polskiej we współpracy z partnerami zagranicznymi organizuje w Warszawie międzynarodową konferencję pod podwójnym, angielsko-francuskim tytułem „Les écritures des archives II. Archives et création artistique / Writings of Archives II: Archives and Artistic Creation”.

Używane języki to angielski, francuski i hiszpański, wszystkie francusko- i hiszpańskojęzyczne wystąpienia oraz dyskusje tłumaczone będą symultanicznie na angielski.

Poniżej program konferencji, abstrakty i biogramy uczestników oraz uczestniczek.

+PROGRAMME DU COLLOQUE

Institut de Culture Polonaise, Université de Varsovie, Krakowskie Przedmieście 26/28, salle 5

Lundi 11 décembre 

9h00 Accueil des participants

9h30-10h Allocution d’ouverture : M. Stanislas Pierret, conseiller de coopération et d’action culturelle à l’Ambassade de France en Pologne, M. Nicolas Maslowski, directeur du CCFEF et Mme Agnieszka Karpowicz, directrice adjointe de l’ICP [en français traduit en anglais]

10h00 Présentation du projet par Annick Louis (Université de Reims/EHESS) et Clara Zgola (EHESS/UV), Êtres et objets éphémères : frontières des archives [en français traduit en anglais]

10h30-12h30 Séance 1. Modération: Nicolas Maslowski (CCFEF)

10h30 Conférence plénière d’Ana Maria Guasch (Université de Barcelone), Art, archive et exposition : « l’autre histoire » de l’art du XXe et du XXIe siècles [en espagnol traduit en anglais]

11h30 Dinah Ribard (EHESS), Archives du travail, archives dans le travail : poésie et poterie [en français traduit en anglais]

12h00-12h30 Discussion [en français et en espagnol traduit en anglais]

 

12h30-14h00 Pause déjeuner

 

14h-16h00 Séance 2. Modération : Agnieszka Karpowicz (Université de Varsovie)

14h00 Frédérik Detue (Université de Poitiers), Archives artistiques. De l’art de monter des témoignages [en français traduit en anglais]

14h30 Małgorzata Zawadzka (CCFEF, Musée à Stawisko), La mémoire photographique. Les albums photo de famille de Jarosław Iwaszkiewicz dans la collection du Musée à Stawisko [en français traduit en anglais]

15h00 Camille Bloomfield (Université Paris 13), S’auto-archiver pour exister : le web au service de la poésie-performance [en français traduit en anglais]

15h30-16h00 Discussion [en français traduit en anglais] et pause-café

 

16h00-17h30 Séance 3.Modération: Grzegorz Godlewski (Université de Varsovie)

16h00 Magdalena Zych (Université Jagellonne de Cracovie), « Je n’y ai jamais pensé auparavant ». L’histoire des Objets Embarrassants du Génocide au sein de collections ethnographiques de l’art vernaculaire [en anglais]

16h30 Nina Kennel (EHESS), Mise en récit des événements et mise en récit des ouevres: Negus de Invernomuto [en anglais]

17h00-17h30 Discussion [en anglais]

 

 

Mardi 12 décembre

10h00-12h30 Séance 4. Modération : Marcin Napiórkowski (Université de Varsovie)

10h00 Ana Longoni (CONICET-Argentine), Usages des archives : notes sur la politique d’archives du Réseau Conceptualismes du Sud [en espagnol traduit en anglais]

10h30 Klara Kemp-Welsh (The Courtauld Institute of Art), Réassembler le social : les archives des réseaux d’artistes expérimentaux des années 70. [en anglais]

11h00 Agata Jakubowska (Université Adam-Mickiewicz de Poznań), La matérialité des archives de Zofia Kulik et KwieKulik [en anglais]

11h30 Zofia Cielątkowska, (CCFEF, chercheuse indépendante), Les archives des gestes : pratiques artistiques et pouvoir du discours [en anglais]

12h00-12h30 Discussion [en espagnol traduit en anglais]

 

12h30-14h Pause déjeuner

 

14h00-16h30 Séance 5. Modération : Włodzimierz Pessel (Université de Varsovie)

14h00 Jesús R. Velasco (Université de Columbia), Troisième thèse : Hypomnemata et la forme de la mémoire [en anglais]

14h30 Dorota Sosnowska (Université de Varsovie), Black space de Theaster Gates et Trauma ruins de Robert Kuśmirowski – archives, restes et performance? [en anglais]

15h00 Paula Klein (Université de Poitiers) La ville comme archive éclatée : “señalamientos” et œuvres-projet dans l’art argentin (Vigo, Greco, Ginzburg, Macchi) [en anglais]

15h30 Daniel García Andújar (Technologie to the people), Un château en ruines. Décoder l’Empire [en anglais]

16h00-16h30 Discussion [en anglais] et pause-café

 

16h30-18h00 Séance 6. Modération : François-Ronan Dubois (CCFEF)

16h30 Katarzyna Bojarska (Académie Polonaise des Sciences), Une archive à elle-même [en anglais]

17h00 Marie-Eve Lacasse (Paris 8), Archives Natalie Barney : le syndrome d’Aspern [en anglais]

17h30 Magdalena Mazik (MOCAK/Musée d’Art Moderne à Cracovie), De l’usage des images d’archives dans le cadre des pratiques éducatives : potentiel et contraintes [en anglais]

18h00-18h30 discussion [en anglais]

 

Mercredi 13 décembre 

10h-12h30 Séance 7. Modération : Łukasz Zaremba (Université de Varsovie)

10h00 Iwona Kurz (Université de Varsovie), Anna Baumgart : un savoir issue des archives non-existantes [en anglais]

10h30 Pablo Santa Olalla (Université de Barcelone), Voyage et archive dans l’œuvre de Muntadas considérés comme une méthodologie de recherche artistique [en anglais]

11h00 Marta Dziewańska (Le Musée d’Art Moderne à Varsovie), R.H. Quaytman : l’histoire en mouvement [en anglais]

11h30 Katarzyna Wincenciak (MOCAK/Musée d’Art Moderne à Cracovie), Le cinéma de Wladyslaw Hasior. Performativité et capacité d’agir dans le contexte de la collection de diapositives faisant partie de l’archive de l’artiste [en anglais]

12h00-12h30 discussion [en anglais] et clôture du colloque 

12h30-14h00 Pause déjeuner 

Clôture du colloque 

+RÉSUMÉS

Daniel García Andújar

Titre : Un château en ruines. Décoder l’Empire

Résumé : Le site royal de Saint-Laurent-de-l’Escurial (en castillan : Real Sitio de San Lorenzo de El Escorial) est un grand complexe (monastère, musée, collège bibliothèque, et palais) qui se trouve sur le territoire de la commune de San Lorenzo de El Escorial, située à 45 kilomètres au nord-ouest de Madrid. Fondé par le le roi Philippe II d’Espagne ce complexe abritant également Archivo General de Simancas (Archives Générales de Simancas) est considéré comme l’un des plus grands exploits technologiques de son temps. La question qu’on devrait se poser à son propos est la suivante : le roi était-il au courant de l’impact de cet ensemble de dispositifs sur sa manière de gouverner, à savoir que le contrôle de l’information allait accroitre son pouvoir ? Les développements technologiques à travers les siècles eurent une influence directe sur les façons de gouverner. On est alors contraint d’admettre le fait que les manières de collecter, stocker et archiver les informations à travers notamment les librairies ou les bibliothèques jouent un rôle essentiel dans la diffusion des idées politiques influentes de notre temps. Le public de musées, ainsi que du monde de l’art en général qui prend part active aux divers événements culturels réclame désormais de pouvoir interagir avec les producteurs des contenus, d’influencer le processus durant lequel l’information est transformée en savoir. Ainsi, les citoyens (dont les capacités d’agir ont presque été réduites à celles de simples consommateurs) libèrent leurs forces afin de créer de nouvelles sociétés civiles.

 

Camille Bloomfield

Titre : S’auto-archiver pour exister : le web au service de la poésie-performance

Résumé : S’il est un genre pour lequel l’archive tient un rôle central, c’est bien celui de la poésie-performance : bien qu’une performance s’articule parfois avec un texte, il ne s’agit jamais que de cela. L’esprit, au contraire, est celui d’un contact direct avec le public, d’une expérience hic et nunc par définition éloignée de tout esprit d’archivage. Dans un tel contexte, la production quasi-instantanée d’une archive électronique, publiée en ligne par le poète ou l’institution qui l’accueille dès la performance terminée, est donc aussi cruciale que paradoxale : tout en trahissant leur caractère intrinsèquement éphémère et immédiat, elle permet aux œuvres d’exister en-dehors du seul moment de l’action. L’étude s’appuiera sur une sélection de sites et réseaux sociaux (principalement mais non exclusivement français) pour tenter de dégager les principaux modes d’archivage et d’auto-archivage de ce type très particulier d’art, situé au carrefour entre littérature, son et théâtre, le plus souvent en marge de la poésie institutionnelle.

 

Katarzyna Bojarska

Titre : Une archive à elle-même

Résumé : Dans ma présentation je souhaiterais examiner un album de photographies de l’artiste Konrad Pustoła qui a été publié après sa mort prématuré. Cet album, présentant une vision de l’archive très affective et à part, a été créé par la partenaire de l’artiste, après sa mort. Je propose d’interpréter son geste en relation avec deux autres créations ; d’une part, l’archive photographique de l’histoire potentielle d’Ariella Azoulay, et d’autre part, les stratégies artistiques du trio constitué par Roni Horn, Tacita Dean et Zoe Leonard qui par le biais de leur travail à la fois revendiquent et questionnent le pouvoir de l’archive et de l’image photographique.

 

Zofia Cielątkowska

Titre : Les archives des gestes : pratiques artistiques et pouvoir du discours

Résumé : Notre présentation aura pour thème les représentations des Afro-Américains au sein des arts visuels et tout particulièrement de la photographie. Nous analyserons des histoires choisies racontées à partir des images afin d’effectuer leur analyse critique et tenter de répondre aux questions suivantes ; ce que cela veut dire que de représenter et pourquoi la photographie a-t-elle joué un rôle important dans cette histoire ?

 

Frédéric Detue

Titre : Archives artistiques. De l’art de monter des témoignages

Résumé : La communication portera sur des œuvres qui constituent en elles-mêmes des archives en se fondant sur le recueil de témoignages. De telles œuvres existent notamment en littérature, au théâtre, au cinéma et en bande dessinée. L’enjeu sera d’étudier le travail de montage des témoignages réalisé par les auteurs. Comment ce travail de montage est-il pratiqué d’un médium artistique à l’autre ? Et quels en sont les enjeux, outre le but de constituer un faisceau de témoignages qui ait valeur de preuve documentaire ? En quoi la valeur testimoniale et la valeur artistique, qui sont interdépendantes, sont-elles tributaires, dans cette configuration archivistique, de cette opération de montage ?

 

Marta Dziewańska

Titre : R.H. Quaytman : l’histoire en mouvement

Résumé : Depuis 2001 l’artiste R.H. Quaytman travaille sur une série de peintures intitulée Chapters (Chapitres). Ces différentes peintures appartenant au même cycle semblent réunies selon un thème unificateur, toutefois elle ne se ressemblent que très peu. Dans ma présentation je vais examiner les manières à travers lesquelles cette œuvre de R.H. Quaytman s’approprie à la fois l’histoire et l’archive, comment elle les articule, situe et défini. Je me pencherai sur les façons dont le passé, le présent, ainsi que le futur y apparaissent et tout particulièrement à leur plasticité.

 

Ana Maria Guash

Titre : Art, archive et exposition : « l’autre histoire » de l’art du XXe et du XXIe siècles

Résumé : La présence d’une section consacrée à « l’art de l’archive » à la Documenta XII de Kassel, avec la présence d’artistes comme Maria Eichhorn ou Walid Raad, semble confirmer notre hypothèse de départ : ce qu’on appelle le « tournant archivistique » se consolide en tant que « modus operandi » ou « paradigme », et à la fois comme structure de pensée, qui articule les pratiques artistiques et d’exposition des deux premières décennies du XXIe siècle. Les deux « machines à archive » que Nous allons présenter dans notre conférence, l’une régie par le principe des « nomos » (ou loi), la deuxième par une pulsion « anomique » nous serviront à analyser un certain nombre de pratiques artistiques contemporaines. Nous poserons également les différentes voies généalogiques par lesquelles l’« épistémologie » de l’archive a traversé la pensé sur l’art et l’art du XXe siècle, dans les production de penseurs tels que Walter Benjamin, Michel Foucault y Jacques Derrida, et des historiens de l’art tels que Aby Waburg et des photographes tels que August Sander.  En conclusion, nous soulignerons la dimension transgressive de l’archive, qui non seulement cherche à en finir avec la logique de la représentation, du génie, et de l’œuvre unique, mais également avec le concept d’exposition comme « white cube » et avec l’idée de « musée-mausolée ».

 

Agata Jakubowska 

Titre : La matérialité des archives de Zofia Kulik et KwieKulik

Résumé : Zofia Kulik fait partie des artistes qui ont consacré leur temps et énergie à travailler avec les archives. Dans son cas, on pourrait parler d’une archive complexe, constituée aussi bien de matériaux issus de son travail individuel que de ceux en lien avec sa pratique d’artiste appartenant au duo connu sous le nom de KwieKulik. Cette archive privée, sauvegardée avec méticulosité et dont elle prend un grand soin, lui sert comme point de départ pour de multiples réagencements, descriptions et nouveaux usages. Même si, comme c’est le cas de la majorité des archives aujourd’hui, elle en train d’être digitalisée et pour devenir plus accessible, elle demeure néanmoins un espace matériel contenant de nombreux objets. Dans ma présentation il sera question des aspects matériels de l’archive traitée comme une collection archivistique, constituée d’objets et de pratiques qui visent à préserver et à étudier l’archive.

 

Klara Kemp-Welsh

Titre : Réassembler le social : les archives des réseaux d’artistes expérimentaux des années 70

Résumé : L’art expérimental dede l’Europe centrale et de l’Est à la période du socialisme d’état déclinant fut une zone de contact importante permettant la mise en relation de différentes scènes d’art locales. L’analyse des archives de cette époque nous permet d’établir une carte des constellations faisant partie d’un réseau plus large. En effet, nous proposons de traiter ces documents comme des « agents de liaison » au sein des flux d’échanges mondialisée. En partant du travail de Klaus Groh, Andrzej Partum, KwieKulik, Edgardo Antonio Vigo et autres artistes de ce mouvement, nous allons analyser le caractère ryzomatique de l’art expérimental dede l’Europe centrale et de l’Est des années 70, tout en le rapprochant de la notion de « culture parallèle » forgée par Vaclav Havel pour décrire des canaux de diffusion alternatifs.

 

Nina Kennel

Titre : Mise en récit des événements et mise en récit des œuvres : Negus de Invernomuto

Résumé : Negus est un film réalisé par un duo d’artistes et DJs italiens (Simone Bertuzzi et Simone Trabucchi) qui travaillent sous le nom Invernomuto. La communication se proposera d’observer comment la forme de l’enquête menée par les artistes se rejoue dans le film mais aussi dans la documentation de l’œuvre fabriquée par ces derniers. Il s’agira de se demander si les artistes ne proposeraient pas une situation où les événements semblent documenter les mots des paroles de reggae et les images sur les pochettes de disques — renversant alors l’idée que ces objets en consigneraient les traces.

 

Paula Klein

Titre : La ville comme archive éclatée : “señalamientos” et œuvres-projet dans l’art argentin (Vigo, Greco, Ginzburg, Macchi)

Résumé : Donner à voir la ville, rendre visible l’invisible, percer le voile d’opacité que les routines jettent sur les espaces urbains connus. À travers des œuvres qui se présentent comme des “projets” à réaliser ou bien des “œuvres-protocoles” exigeant une performance collective de la part du public, les argentins Edgardo Antonio Vigo, Alberto Greco et Carlos Ginzburg transforment l’espace publique en une archive ouverte. Depuis la fin 1960 et le début des années 1970, les Vivo-Ditos ou l’“arte vivo” de Greco, les “signalements” ou les “œuvres-instruction” de Vigo ainsi que les “révulsions” et les “signalisations” de l’espace urbain de Ginzburg conçoivent l’acte de signaler les espaces quotidiens comme des actions politiquement subversives. Dans le processus de rendre perceptible ce qui est face à nos yeux, la documentation photographique apparait comme la seule trace matérielle d’une œuvre essentiellement éphémère. En 2004, les argentins Jorge Macchi et María Negroni reprennent le principe de l’œuvre-protocole pour proposer une série de parcours urbains sous contrainte. Buenos Aires tour apparait ainsi comme une archive possible de la ville, construite à partir du ramassage de refus urbains, d’objets retrouvés et de la documentation photographique des parcours à pied réalisés par les artistes.

 

Iwona Kurz

Titre: Anna Baumgart : un savoir issue des archives non-existantes

Résumé: Dans son travail, l’artiste polonaise contemporaine, Anna Baumgart (née en 1966) a souvent recours aux archives historiques. Ainsi, je voudrais analyser ses usages des sources historiques (ou de leur absence) considérés comme une façon de réfléchir sur les mécanismes du contrôle et de régularisation d’accès aux archives. Selon l’artiste, les processus historiques qui ont mené à l’état actuel des choses sont discutables, toutefois il est toujours possible d’en changer la donne.

 

Marie-Eve Lacasse

Titre : Archives Natalie Barney : le syndrome d’Aspern

Résumé : Les archives de Natalie Barney (1876-1972), figure incontournable de l’émergence de la littérature et d’une socialité lesbienne, sont conservées à la Bibliothèque Jacques Doucet à Paris. Ce fonds de 36 000 notices, considéré par cette institution comme de « derniers recours », est constitué pour la plupart d’inédits. Ces « silly archives » (J. Halberstam, The Queer Art of Failure, 2011) en apparence inoffensives sont plus subversives et riches de renseignements qu’elles n’y paraissent, et offrent un matériau de première importance pour l’étude de l’« atmosphère » barneysienne. Devant les interdictions de consultation, comment la-le chercheur-se peut-il éviter le « syndrome d’Aspern » ? En quoi les archives sont-elles constituées paradoxalement d’apparitions et de disparitions, et se construisent-elles aussi par leurs interdictions, leurs effacements, leurs absences ? En d’autres mots : que nous dit l’archive fermée ?

 

Ana Longoni

Titre : Usages des archives : notes sur la politique d’archives du Réseau Conceptualismes du Sud

Résumé : Depuis 2007, le Réseau Conceptualismes du Sud donne son impulsion à une série d’initiatives autour d’archives d’artistes et d’activistes dans différents pays d’Amérique Latine ; parmi ces archives se trouvent celles de Clemente Padín à Montevideo, celles du groupe CADA, Mémoires de la Résistance à Santiago de Chile, ou celles de Graciela Carnevale à Rosario, celles de Juan Carlos Romero et Roberto Jacoby à Buenos Aires, celles de Cira Moscarda à Asunción, Résistances graphiques au Mexique. Toutes ces archives témoignent de différentes expériences de croisement entre art et politique depuis les années 1960 jusqu’au présent. Nous tentons de poser un engagement éthique face au désintérêt de l’institution, et face aux pressions du marché de l’art, et de défendre la condition inaliénable de ces collections documentaires (c’est-à-dire leur intégrité et leur indivisibilité), tout comme de générer de bonnes conditions pour la préservation, la socialisation et disposition à la consultation par toute personne intéressée. Il s’agit également de favoriser leur inscription locale, dans les lieux où les expériences dont témoigne l’archive ont eu lieu, à travers des alliances avec des institutions publiques engagées explicitement avec ces principes. D’un autre côté, nous progressons dans l’organisation et la digitalisation de nombreuses archives qui résultent des recherches menées par l’équipe, et qui sont mises à disposition du public en ligne. Ma communication propose un bilan (auto)critique de ces politiques d’archives, ainsi qu’une évaluation de leurs potentialités et leurs limites.

 

Annick Louis, Clara N. Zgoła

Titre : Êtres et objets éphémères : frontières des archives

Résumé : Des travaux classiques comme celui d’Arlette Farge, Le goût des archives, ou celui de Natalie Zemon-Davis, Fiction in the Archives, rappellent que le travail aux archives nous confronte à une foule de personnages qui prennent corps par l’écriture, et bâtissent une sorte de comédie humaine ; leurs destins fragmentaires fascinent, et appellent à en faire quelque chose – et surtout à des hypothèses qui les prennent en compte. Nous nous proposons ici de revenir sur la façon dont ceux-ci contribuent à la construction de nos hypothèses, et d’étudier la productivité d’une confrontation entre les écritures de ces êtres d’archives et la littérature de fiction. La constitution de corpus composés de documents d’archives et de récits fictionnels confronte la discipline littéraire à de nouveaux enjeux théoriques et analytiques.

 

Magdalena Mazik 

Titre : De l’usage des images d’archives dans le cadre des pratiques éducatives : potentiel et contraintes

Résumé : Ma présentation portera sur les manières de préserver les différentes formes de sources allant de livres aux matériaux d’archive. Dans ce but, j’examinerai de près le cas de la bibliothèque de Mieczysław Porębski fondée en 2012 grâce à la donation faite par le professeur qui fut un historien d’art célèbre, théoricien et critique. En effet, son archive privée stockée dans un appartement et constituée de 5000 livres a été reconstituée au sein de MOCAK ou elle accompagne désormais une exposition d’œuvres de ses amis artistes. Cela crée une tension entre les catégories telles que que la bibliothèque vs l’exposition muséale, texte vs image, ou encore, l’archive privée et publique, j’essayerai donc d’en dégager quelques pistes de réflexion.

 

Pablo Santa Olalla

Titre : Voyage et archive dans l’œuvre de Muntadas considérés comme une méthodologie de recherche artistique

Résumé : L’art conceptuel constitue un champ dans lequel on peut observer l’apparition d’un agent majeure de la vie artistique, celui qu’on pourrait appeler « agent-voyageur ». L’homme ou la femme en question ne se limite pas à naviguer entre différents réseaux, il ou elle inclue cette dimension de voyage dans son propre travail. En effet, l’émergence de cette figure remonterait à la période qui correspond à la globalisation des voyages en avion entrainant une croissance considérable des mobilités des artistes. En plus, la majorité des agents-voyageurs intégraient dans leur travail des dispositifs d’archivages tels que la classification, la récolte des données, la sérialité, ou encore l’indexation. Dans notre présentation, nous allons étudier les œuvres de la première période de création de Muntadas. Ainsi, le lien sera fait entre d’une part, le voyage et d’autre part, l’archivage considéré comme une méthodologie de recherche artistique.

 

Dinah Ribard

Titre : Archives du travail, archives dans le travail : poésie et poterie

Résumé : L’écriture, notamment poétique, est fortement présente dans le travail des potiers et céramistes, artisans et artistes. Elle archive le passé de la poterie – l’artisanat, les techniques et théories anciennes – et le passé du céramiste – ses expérimentations et ses expériences, le sens de son retour ou de son recours à l’artisanat pour faire œuvre d’art. Elle est parfois présente sur les poteries, œuvres uniques ou objets reproductibles ; elle en fait, parfois, des instruments d’action – des actions. Les livres et catalogues consacrés à l’œuvre céramique d’un artiste reproduisent cette écriture sur l’argile ; ils peuvent publier comme archives d’un travail des poèmes présentés comme ayant accompagné, commenté, peut-être pensé, la réalisation d’une œuvre, voire d’anciens prospectus d’exposition, parfois rédigés sous forme de poèmes. La réflexion proposée s’appuiera sur plusieurs cas, dont celui de Jacqueline et Bernard Courcoul, un couple de céramistes contemporains, celui de Jean-Antoine Peyrottes, un poète-potier du XIXe siècle, celui de Dave the Slave, un esclave de Caroline du Nord dont les poteries ornées de distiques (et signées) sont aujourd’hui exposées dans les musées.

 

Dorota Sosnowska 

Titre : Black space de Theaster Gates et Trauma ruins de Robert Kuśmirowski – archives, restes et performance ?

Résumé : Black space c’est une appellation utilisée par l’artiste américain Theaster Gates pour désigner les espaces délaissés par leurs habitants à cause du processus de la gentrification. En ramassant des restes, réutilisées ensuite comme matériaux pour ses œuvres, il reconstruit une espèce d’archive qui devient un modèle de la célébration de l’identité culturelle noire-américaine. De l’autre côté de la planète, l’artiste polonais Robert Kuśmirowski reconstruit des ruines de ce qui n’a jamais vraiment existé. Son œuvre in-situ intitulé Traumagutstrasse consiste à encapsuler des fragments détaillés de bâtiments à l’échelle réelle. Cependant, ces faux objets qui se réfèrent un passé inexistant constituent une archive tout aussi matérielle que ceux qui ont une valeur historique. Ainsi, je voudrais comparer la démarche de ces deux artistes et leur rapport aux restes afin d’étudier comment leurs projets deviennent des performances affectées par des contextes significativement différents. Plus encore, je souhaiterais en tirer deux modèles de relation entre l’histoire et le présent qui passe par la médiation des restes, des ruines et des archives. En dernier lieu, je voudrais m’emparer de ces exemples pour démontrer comment l’identité polonaise, supposée être homogène et « blanche », est imbriquée dans un contexte « racial » ; l’inexistence de l’identité noire et la disparition de l’identité juive survenue lors de la Shoah et durant la période communiste, jouent le rôle « des restes » qui subvertissent cette cohésion nationale imaginaire et sollicitent de nouvelles stratégies performatives et artistiques.

 

Jesús R. Velasco

Titre : Troisième thèse : Hypomnemata et la forme de la mémoire

Résumé : Latroisième thèse de Walter Benjamin portant sur le concept d’histoire stipule que rien n’est vraiment perdu pour l’histoire. Notre intervention a pour objectif de traiter la problématique des archives qui ne sont pas archivistiques, et plus encore de la spécificité de l’éphémère, aussi bien en ce qui concerne les affiches à Union Square que les objets déposés sur la place de la République en mémoire des victimes des attentats.

 

Katarzyna Wincenciak

Titre : Le cinéma de Wladyslaw Hasior. Performativité et capacité d’agir dans le contexte de la collection de diapositives faisant partie de l’archive de l’artiste

Résumé : L’artiste polonaisWladyslaw Hasior affirmait que la caméra accompagnait tout son travail. En effet, à sa mort il a laissé au Musée Tatrzańskie 20 000 diapositives qui ont été a classées en 385 séries thématiques. Cependant, ce matériel réuni par l’artiste échappe à la catégorie d’archive. Hasior lui-même utilisait plutôt l’appellation « carnet photographique » ou alors « cinéma », ce qui expliquerait de nombreuses similitudes avec Atlas, l’œuvre de Warburg sa partie intitulée Mnemosyne. En effet, il s’agissait pour lui à la fois de catégoriser son travail et de le présenter afin de créer une forme de performativité que la chercheuse Mieke Bal décrit comme un texte narratif. Bien plus, on y retrouve en sorte d’interdépendance et de continuel échange entre d’un côté les assemblages et monuments qu’il a crée, et de l’autre côté, son atelier considéré comme un espace performatif constitué de photographies et d’artéfacts.

Małgorzata Zawadzka

Titre : La mémoire photographique. Les albums photo de famille de Jarosław Iwaszkiewicz dans la collection du Musée à Stawisko

Résumé : Le Musée Anna et Jarosław Iwaszkiewicz à Stawisko est situé dans l’ancienne demeure de l’écrivain, où il a vécu avec sa famille une cinquantaine d’années. Le musée possède ainsi des archives considérables contenant, entre autres, une vaste collection de photographies. Il s’agit des photos de famille prises entre 1860 et 1980. L’auteur de l’article tente de saisir ce qui est le plus éphémère : une relation intime qui naît entre l’homme-écrivain et la photo-souvenir. En se référant aux réflexions de Roland Barthes et de Susan Sontag, elle souligne la nature double de la technique photographique. La photo-image est un enregistrement d’une scène passée capturée pour toujours. Tandis que la photo-objet est un morceau de papier recouvert d’émulsion photographique qui accompagne l’homme et vieillit physiquement comme lui. Jarosław Iwaszkiewicz, dans les dernières années de sa vie, s’occupait beaucoup des photos prises depuis l’époque de son enfance. Il les regardait, les mettait en ordre, les décrivait, les collait, décollait et recollait dans les albums, en créant des compositions soumises aux règles de la mémoire d’un homme âgé. Ainsi donc le caractère apparemment aléatoire de ces compositions correspond au caractère aléatoire de la mémoire humaine.

 

Magdalena Zych

Titre : « Je n’y ai jamais pensé auparavant ». L’histoire des Objets Embarrassants du Génocide au sein de collections ethnographiques de l’art vernaculaire

Résumé : « Je n’y ai jamais pensé auparavant » a dit le commissaire du musée où nous avons recherché des objets d’art vernaculaire reliés à la mémoire de la Shoah. Cette constatation servira de point de départ pour raconter l’histoire des représentation visuelles d’un passé difficile inséré dans un présent tout aussi difficile. Entre 1933 et 1944 quatorze millions de personnes ont perdu la vie en territoire de l’Europe de l’Est. On pourrait assumer que chaque communauté a produit des réponses artistiques à ces événements traumatisants, cependant les études sur la Shoah ne semblaient pas prendre au sérieux celles qui ont été apportées par l’art vernaculaire du témoignage. C’est pourquoi notre présentation s’attachera à étudier les « objets embarrassants du génocide ». En nous appuyant sur à l’enquête menée au sein des musées ethnographiques en Pologne (ainsi que des collections privées en Allemagne et en Pologne), la création d’une base de données et des interventions artistiques, nous souhaitons apporter une lumière supplémentaire sur l’art vernaculaire du témoignage afin de le faire connaître auprès du public polonais et international. Le but ultime de ce projet est alors triple, il s’agit d’élargir la notion de « l’art de la Shoah », agrandir le champ des études mémorielles sur la Shoah en y incluant la perspective du badaud (bystander), dépasser les approches plus traditionnelles de l’art folklorique et de la muséologie ethnographique. Cette présentation, préparée par le groupe de recherche constitué de ; Erica Lehrer, Roma Sendyka, Magdalena Zych, Wojciech Wilczyk, sera illustrée par les photographies de Wojciech Wilczyk.

+NOTICES BIOGRAPHIQUES

Daniel García Andújar– artiste travaillant dans le champ des media visuels et chercheur indépendant établi à Barcelone. Il est le fondateur de l’organisation Technologie to the people. Il a exposé ses œuvres notamment lors de Manifesta 4, Biennale de Venise et documenta 14 à Athènes et à Kessel.

 

Camille Bloomfield PRCE à l’Université Paris-13 et rattachée au laboratoire Pléiade. Spécialiste de l’Oulipo, elle est co-responsable, avec Hélène Campaignolle-Catel, de la numérisation et de la publication en ligne des archives du groupe, dont elle s’est occupée à la Bibliothèque nationale pendant 3 ans. Elle travaille également sur la traduction à l’ère numérique et sur les manifestes. Son livre, Raconter l’Oulipo. Histoire et sociologie d’un groupe (1960-2000) est paru chez Honoré Champion en 2017.

 

Katarzyna Bojarska– Chercheuse à l’Institut d’Études Littéraires de l’Académie Polonaise des Sciences où elle travaille comme professeur associée au sein du groupe de recherche dédié à la littérature et culture de la modernité tardive. Auteure de nombreuses publications consacrées à la littérature, l’histoire, la psychanalyse et l’art. Elle a traduit notamment les livres Multidirectional Memory. Remembering the Holocaust in the Age of Decolonization de Michael Rothberg et Hegel, Haiti and Universal History de Susan Buck-Morss. A publié le livre Wydarzenia po Wydarzeniu: Białoszewski – Richter – Spiegelman [Events after the Event: Białoszewski – Richter – Spiegelman] (2012). Est co-fondatrice et rédactrice du journal scientifique View. Theories and Practices of Visual Culture.

 

Zofia Cielątkowska – Philosophe, curatrice, elle s’intéresse à l’espace critique, notamment dans le domaine des arts plastiques et du théâtre. Liée depuis plusieurs années avec la pensée française, elle a consacré son mémoire de maîtrise à l’ouvrage de Maurice Merleau-Ponty La structure du comportement, alors que sa thèse de doctorat portait sur l’idée de subjectivité chez Maurice Merleau-Ponty et Michel Foucault dans un champ élargi des pratiques culturelles. Diplômée de philosophie et d’histoire d’art, boursière de la Faculté d’arts visuels à l’Unviersité de Buffalo (2010), membre de l’AICA (depuis 2011). Entre 2014-2016, enseignante à l’Académie de Beaux-Arts à Szczecin. Auteure de nombreux articles pour des revues polonaises et étrangères, elle collabore régulièrement avec les revues Dwutygodnik.com„, 2+3D, Obieg, Contemporary Lynx, Tique Art.

 

Frédéric Detue maître de conférences en littérature générale et comparée à l’Université de Poitiers, membre du FoReLLIS. Il a dirigé avec Charlotte Lacoste le numéro d’Europe de janvier-février 2016 intitulé Témoigner en littérature. Associé au GRIHL, il co-anime à l’EHESS depuis 2016 le séminaire de recherche « Savoirs du témoignage » avec Charlotte Lacoste, Judith Lindenberg et Judith Lyon-Caen. Depuis 2016 et jusqu’en 2018, il co-dirige en partenariat avec le laboratoire Migrinter un programme de recherche dédié aux représentations des expériences de migration. Il prépare pour 2018 un premier essai issu de sa thèse de doctorat qui s’intitulera Romantisme et totalitarisme.

 

Marta Dziewańska – curatrice et écrivaine, actuellement commissaire chargée de la recherche au Musée d’Art Moderne à Varsovie et doctorante en philosophie à L’Académie Polonaise des Sciences. Elle a été curatrice de plusieurs expositions, parmi lesquelles on peut citer ; Andrzej Wróblewski: Recto/Verso. 1948-1949, 1956-1957 (MSN/ Museo Reina Sofia à Madrid), Maria Bartuszova: Provisional Forms (MSN); Alina Szapocznikow: Sculpture Undone 1955-1973 (WIELS Contemporary Art Centre à Bruxelles); Awkward Objects: Alina Szapocznikow and Maria Bartuszova, Pauline Boty, Louise Bourgeois, Eva Hesse, and Paulina Ołowska (MSN). Elle a co-édité le livre Andrzej Wróblewski. Recto/Verso, Post-Post Soviet? Art, Politics & Society in Russia at the Turn of the Decade, 1968-1989Political Upheaval and Artistic Change et édité Ion Grigorescu: In the Body of the Victim. Elle contribue de manière régulière à des revues d’art et des catalogues d’expositions.

 

Ana Maria Guash Professeur d’Histoire de l’Art Contemporain à l’Université de Barcelone. Elle a également enseigné à l’Université de Séville et Complutense de Madrid. Au cours des quinze dernières années, elle a concentré son intérêt dans l’étude de l’art International de la deuxième moitié du XXe siècle. Ses principaux axes de recherche sont : Archive, Mémoire et Art Contemporain ; Histoire de l’Art et Études Visuelles et Art Contemporain et Mondialisation. La première de ces lignes a été exposée et développée, entre autres publications, dans Les lieux de la mémoire : l’art de l’archivage et du souvenir, et Art et Archive. Généalogies, Typologies et Discontinuités. Elle a été Visiting Fellow dans les universités ; de Princeton, Yale, Columbia, San Diego et à The School of the Art Institute, Chicago et Guest Scholar au Getty Research Institute de Los Angeles. Elle a donné des cours et séminaires à la Pontificia Universidad Católica de Chile, à l’Instituto Nacional de Bellas Artes, à la Escuela de Cine de San Antonio de los Baños de La Habana, aux Universités de Atioquia et à la Nacional de Bogotá, à l’Université de Nuevo León à Monterrey. Elle est la chercheuse principale du projet Cartographie critique de l’art et de la visualité dans l’ère global : Nouvelles méthodologies, concepts et approches analytiques. Elle dirige et coordonne le groupe de recherche Global Art Archive, fait partie du projet de recherche international Visual Culture Studies in Europe (HERA), et du groupe de recherche Art et Mondialisation (INHA). Elle a reçu le prix de l’Association Catalane des Critiques d’Art (ACCA) et le Prix ESPAIS.

 

Agata Jakubowska – Professeur associée à la Faculté d’histoire de l’art de Université de Poznan. Auteure de nombreuses publications, elle a publié notamment les livres On the Margins of a Mirror: The Female Body in Polish Women Artists’ Works (2004); A Multiple Portrait of Alina Szapocznikow’s Oeuvre (2008); Awkward Objects: Alina Szapocznikow (2011), ainsi que des articles consacrés aux artistes polonaises. Elle travaille actuellement sur un projet dédié expositions des artistes femmes et prépare un livre consacré à la sculptrice polonaise Maria Pinińska-Bereś (1931–1999). Depuis 2009 elle est la présidente de la section polonaise de l’AICA.

  

Klara Kemp-Welsh – diplômée de UCL (University College London, licence en français, et histoire de l’art, master en russe et culture de l’Europe de l’Est et thèse en histoire de l’art), après avoir soutenu une thèse sur le Conceptualisme en art de l’Europe centrale et de l’Est sous la direction Briony Fe, elle a été laureate de la bourse Leverhulme pour les jeunes chercheurs et ensuite d’une bourse de l’association Igor Zabel dans le cadre d’un projet de recherche AHRC. Avant de rejoindre The Courtauld en 2009, elle a enseigné à UCL, à Université des arts à Londres et à l’Université de York. Elle prépare actuellement un livre intitulé Networking the Bloc. International Relations and Experimental Art in Eastern Europe 1968-1989.

 

Nina Kenneldiplômée de la Haute École d’Art et de Design en Suisse et de l’École se Hautes Études en Sciences Sociales, elle prépare actuellement une thèse à l’EHESS sous la direction de Dinah Ribard. Co-fondatrice des maisons de production Rollx et Bora Bora, elle est également dramaturge et scénariste de films documentaires.

  

Paula Klein – docteure en Littérature Comparée de l’Université de Poitiers, Paula Klein se spécialise en littérature française et latino-américaine du XXe et du XXIe siècles (Cortázar, Levrero, Aira, Copi, Perec, Roubaud). Diplômée de l’Université de Buenos Aires et de l’EHESS, elle a travaillé comme chercheuse à la Bibliothèque Nationale sur le fonds de l’Oulipo. Elle a notamment publié : « La escritura del dolor en los diarios de Mario Levrero: protocolos, reglas de vida y de escritura » (Cahiers du CRLA, 2017), « Un ejercicio de olvido : estrategias de Babel y de los babélicos a fines de los años 80 » (Almacenes de un tiempo en fuga : Revistas culturales en la modernidad hispánica, 2014), « Cortázar et l’Oulipo : Départ d’un jeu » (De ligne en ligne, 2014). Elle enseigne actuellement à l’Université de Paris-Est-Créteil.

 

Iwona Kurz – Directrice de l’Institut de Culture Polonaise, professeur associée au sein du groupe de recherche dédié à la culture visuelle et filmographique, membre du groupe de recherche sur la culture du XIXe siècle et sur la mémoire de la Shoah. Auteure du livre Twarze w tłumie [Faces in the Crowd. Views of the Heroes of Collective Imagination in Polish Culture 1955–1969], co-auteur du livre Obyczaje polskie. Wiek XX w krótkich hasłach [Polish Customs. 20th Century in Short Entries], éditrice du livre Film i historia. Antologia [Film and History. Anthology], et Return to the Archives numéro thématique de la revueContemporary Culture; coéditrice des manuelsAntropologia ciała[Anthropology of the Body] (2008) et Antropologia kultury wizualnej [Anthropology of Visual Culture] (2012). Chef du projet de recherche Visual Culture in Poland: Language, Concepts, Meta-pictures”, co-porteuse du projet „Creation and Analysis of Sources in Performance Arts” et membre des projets dédiés aux expositions du XIXe siècle et la mémoire de la Shoah. Co-fondatrice et rédactrice du journal scientifique View. Theories and Practices of Visual Culture.

 

Marie-Eve Lacasse est écrivain et chercheuse indépendante. Née au Canada, elle vit à Paris depuis 2003, a obtenu un Master de Lettres Modernes à l’Université Paris 7, et a fait paraître le livre Peggy dans les phares chez Flammarion, qui relate la passion amoureuse de Peggy Roche et de Françoise Sagan. Ses romans portent sur la vaste thématique des apparences, qu’elles soient sociales ou politiques. Dans le cas de Natalie Barney, ses travaux concernent le contexte archivistique dans lequel elles sont conservées. Elle publie régulièrement des articles dans des revues françaises et internationales sur l’art et la littérature (Zinc, Chimère, MagazinArt).

 

Ana Longoni est chercheure au CONICET et professeure à l’Université de Buenos Aires en Argentine. Spécialiste des rapports entre art et politique en Argentine et en Amérique latine depuis les années 1950 jusqu’à l’actualité, ses publications incluent Vanguardia y revoluciónLeandro KatzRoberto Jacoby. El deseo nace del derrumbeDel Di Tella a Tucumán ArdeConceptualismos del Sur/SulTraiciones. La figura del traidor en los relatos acerca de los sobrevivientes de la represión et El Siluetazo. Elle anime depuis sa fondation le réseau Red Conceptualismos del Sur, et a été commissaire des expositions El deseo nace del derrumbe (MNCARS, Madrid, 2011) et Perder la forma humana (MNCARS, Madrid, 2012/ MALI, Lima, 2013 / MUNTREF Buenos Aires, 2014). Elle est en outre écrivain et auteure dramatique.

 

Annick Louis maître de conférences HDR à l’Université de Reims (Centre de Recherche Interdisciplinaire sur les Modèles Esthétiques et Littéraires) et à l’EHESS (Centre de Recherches sur les Arts et le Langage), diplômée de lettres à l’Université de Buenos Aires, a soutenu sa thèse à l’EHESS, en affirmant une approche du texte littéraire inséré dans un réseau de discours, de représentations, d’événements sociaux et historiques, d’institutions sociales. Elle a enseigné aussi à l’étranger (Université de Yale, Erlangen dans le cadre d’une bourse Humboldt, Université de Buenos Aires). Ses travaux explorent la dimension épistémologique des études littéraires. Ils portent sur le statut du littéraire, et les divers aspects qui ont construit et entouré cet objet dans notre tradition culturelle – l’œuvre, l’auteur, le lecteur, la textualité, les conceptions de la littérature, la réception, la mise en édition. Auteur de livres Borges face au fascisme 1. Les causes du présent, Borges face au fascisme 2. Les fictions du contemporain, ellea codirigé notamment Lire Borges aujourd’hui et Josefina Ludmer, Cours 1985. Quelques problèmes de théorie littéraire.

 

Magdalena Mazik – responsable de la bibliothèque à MOCAK, Musée d’Art Moderne à Cracovie, et doctorante au Laboratoire d’anthropologie de la littérature et des études culturelles à l’Université Jagellonne de Cracovie. Ses recherches portent sur les écrits d’art des artistes polonais, les livres d’art, la critique institutionnelle et l’animation de la culture.

 

Pablo Santa Olalla – diplômé de l’Université de Barcelone (licence et maîtrise d’histoire de l’art), il prépare actuellement une thèse consacrée à aux réseaux d’art conceptuel en Amérique latine et en Espagne qui s’inscrit dans le cadre des recherches menées par le groupe de recherche sur l’art globalisé et l’interculturalité et le projet intitulé Decentralized Modernities: Art, politics and counterculture in the transatlantic axis during the Cold War. Il s’intéresse également à l’archivage de l’art et aux pratiques curatoriales, il a contribué aux archives Muntadas.

 

Dinah Ribard est directrice d’études à l’EHESS et membre, au Centre de recherches historiques, du Groupe de recherches interdisciplinaires sur l’histoire du littéraire (Grihl). Parmi ses publications, se rapportent plus particulièrement au sujet du colloque deux ouvrages, Histoire Littérature Témoignage. Ecrire les malheurs du temps, Paris, Gallimard, « Folio Histoire », 2009 et Grihl, Ecriture et action XVIIe-XIXe siècle, une enquête collective, Paris, EHESS, 2016, ainsi que les articles suivants : « Le menuisier et l’enfant », Gradhiva 2/ 2014 (n° 20), p. 84-108 ; « Evénement, événementialité, traces », Recherches de Science Religieuse, 1/ 2014 (Tome 102), p. 63-77; « Penser l’histoire avec la peinture », in Alain Cantillon and Nigel Saint (eds), Early Modern French Studies, vol.38, Nber 1, July 2016, Special Issue: Louis Marin, p.84-93 ; « Témoigner en poésie. Le cas de Marc de Larréguy », Poétique, 179, 2016-1, p. 39-55.

 

Dorota Sosnowska – Professeur associée au sein du groupe de recherche dédié aux études du théâtre et de la performance et théoricienne de la culture. Elle a participé au projet de recherche intitulé European Collected Library of Artistic Performance, et participe au projet intitulé Creation and Analysis of Sources in Performance Arts. Ses travaux portent sur l’archivage et la documentation et s’inscrivent dans le champ des études sur le théâtre et la performance. Elle est auteure du livre Królowe PRL. Sceniczne wizerunki Ireny Eichlerówny, Niny Andrycz i Elżbiety Barszczewskiej jako modele kobiecości [The Queens of the People’s Republic of Poland. The Theatre Roles of Irena Eichlerówna, Nina Andrycz and Elżbieta Barszczewska as Models of Femininity], elle a édité les livres sur l’art contemporain; Seven days in the Art World deSarah Thornton et Between, The Edge of It de Stanisław Dróżdż. Elle est vice-présidente de la foundation Propaganda.

 

Jesús R. Velasco – Professeur et directeur du programme d’études doctorales au sein du département d’études sur les cultures de l’Amérique Latine et Ibériques, affilié aussi à l’Institut des littératures et sociétés comparées, au Centre pour la pensée critique contemporaine et à la Faculté de droit de l’Université Columbia à New York. Il enseigne les études médiévales et de la période classique, il a enseigné notamment à l’Université de Berkeley en Californie, Université de Salamanca, Sorbonne Nouvelle et ENS. Parmi ses publications se trouvent les livres et les articles portant sur la royauté médiévale et moderne, l’histoire du livre et de la lecture, théorie politique de cette période, la loi et la culture, ou encore la poésie occitane. Il a été le directeur du Journal of Medieval Iberian Studies et membre de MLA Committee on Scholarly Editions. Lauréat du prix John K. Walsh en 2010, entre 2013 et 2016 il a été le doyen de la faculté d’études sur les cultures de l’Amérique Latine et Ibériques.

 

Katarzyna Wincenciak – diplômée de l’histoire de l’art à l’Université Jagellonne et de l’École de Cinéma à Varsovie, doctorante à l’Institut d’art de l’Académie Polonaise des Sciences, elle travaille au Musée d’art moderne à Varsovie où elle est responsable de la digitalisation des archives d’Alina Szapocznikow et d’Eustachy Kossakowski (artistes polonais du XXe siècle). Depuis 2011 elle travaille également à MOCAK, ou elle est responsable des archives artistiques et photographiques. Elle a co-organisé les expositions ; Wladyslaw Hasior. European Rauschenberg?; Krzysztof Niemczyk. Situationist, writer, painter et a été la commissaire d’ expositions; Read more; Space: The MOCAK Collection et Popes (MOCAK). Ses recherches portent sur les archives photographiques des artistes qui travaillaient davantage avec d’autres media (sculpteurs ou peintres), leur digitalisation et les notions de pouvoir et de performativité en lien avec les archives.

 

Małgorzata Zawadzka diplômée de l’Institut d’Études Romanes et de l’Institut d’Histoire de l’Art de l’Université de Varsovie; conservatrice de Musée Anna et Jaroslaw Iwaszkiewicz à Stawisko où elle est responsable de l’iconothèque et commissaire d’expositions d’art ; enseignante-chercheuse à l’Université de Białystok. Elle s’intéresse notamment aux rapports entre la littérature et les arts visuels, ainsi qu’à l’histoire de la photographie. En 2013 elle a soutenu la thèse Jean Cocteau : le poète face aux arts plastiques préparée à l’Institut d’Études Romanes de l’Université de Varsovie.

 

Clara N. Zgol– Diplômée d’études culturelles (MISH UW), auteure de plusieurs articles parus dans des revues scientifiques à comité de lecture et de contributions à des ouvrages collectifs, dédiés à l’autofiction, à la littérature urbaine et à l’art contemporain. Elle a récemment codirigé les ouvrages Les sources et les sillages de la pensée foucaldienne et Les cultures en marge(s). Elle a été membre du projet Topographies: city, map, literature„, est chef des projets; „Literary Explorations of the City”,”Parisian Identities of Contemporary French Novelists” et codirige avec Annick Louis le projet international dédié aux « Écritures des archives ». Chercheuse associée du Centre de civilisation française et d’études francophones. Actuellement, elle termine une thèse en cotutelle et prépare deux livres portant sur « Les identités urbaines des romanciers parisiens de l’après-guerre jusqu’à l’extrême contemporain » au Centre de Recherches sur les Arts et Langage CNRS/EHESS et à l’Institut de Culture Polonaise, Université de Varsovie.

 

Magdalena Zych anthropologue culturelle et commissaire au sein du Musée Ethnographique de Cracovie, doctorante à l’Institut d’ethnologie et d’anthropologie culturelle de l’Université Jagellonne. Co-éditrice des livres dzieło-działka [The art of the allotment] (2012) et Wesela 21 [Weddings 21] (2015).

+CONFERENCE PROGRAMME

Monday, December 11

9:00 Registration

9:30-10:00 Opening address and welcome speech: Stanislas Pierret, cultural attaché of the French Embassy, Nicolas Maslowski, director of CFC and Agnieszka Karpowicz, deputy director of IPC [in French translated into English]

10:00 Presentation of the projectAnnick Louis (University of Reims /EHESS) and Clara Zgola (EHESS/ University of Warsaw), Ephemeral beings and objects: boundaries of the archives [in French translated into English] 

10:30-12:30 Session 1. Chair: Nicolas Maslowski (CFC)

10:30 Ana Maria Guasch (University of Barcelona), Art, Archive and Exhibition: “Other Art History” of 20th and 21st centuries [in Spanish translated into English]

11:30 Dinah Ribard (EHESS) Archives of Work, Archives in Work: Pottery and Poetry [in French translated into English]

12:00-12:30 Discussion [in French and in Spanish translated into English]

 

12:30-14:00 Lunch

 

14:00-16:00 Session 2. Chair: Agnieszka Karpowicz (University of Warsaw)

14:00 Frédérik Detue (University of Poitiers), Artistic Archives: Art of Testimonies Assembling [in French translated into English]

14:30 Małgorzata Zawadzka (CFC, The Anna and Jaroslaw Iwaszkiewicz Museum in Stawisko), Photographic memory. Stawisko Museum’s albums of Jarosław Iwaszkiewicz’s family photographs [in French translated into English]

15:00 Camille Bloomfield (Paris-13 University), Auto-Archive as Mode of Existence: digital world in the service of performance-poetry [in French translated into English]

15:30-16:00 Discussion [in French translated into English] and Coffee

 

16:00-17:30 Session 3. Chair: Grzegorz Godlewski (University of Warsaw)

16:00 Magdalena Zych (Jagiellonian University in Krakow), „I never thought about it before”. The stories of Awkward Objects of Genocide in ethnographic collections of vernacular art [in English]

16:30 Nina Kennel (EHESS), Narratives of Events and Artworks: Negus by Invernomuto [in English]

17:00-17:30 Discussion [in English]

Tuesday, December 12

10:00-12:30 Session 4. Chair: Marcin Napiórkowski (University of Warsaw)

10:00 Ana Longoni (CONICET-Argentina), On the Use of Archives: notes on Conceptualsismos del Sur project’s archives politics[in Spanish translated into English]

10:30 Klara Kemp-Welsh (The Courtauld Institute of Art),Reassembling the Social: Networking experimental artists’ archives of the 1970s [in English]

11:00 Agata Jakubowska (Adam Mickiewicz University in Poznań), Materiality of the Zofia Kulik and KwieKulik Archive [in English]

11:30 Zofia Cielątkowska (CFC, independent researcher), The Archive of Gestures: Artistic Practices and the Power of Discourse [in English]

12:00-12:30 Discussion [in Spanish translated into English]

 

12:30-14:00 Lunch

 

14:00-16:30 Session 5. Chair: Włodzimierz Pessel (University of Warsaw)

14:00 Jesús R. Velasco (Columbia University), The Third Thesis: Hypomnemata and the Form of Memory [in English]

14:30 Dorota Sosnowska(University of Warsaw), Theaster Gates Black space and Robert Kuśmirowski’s Trauma ruins – archives, leftovers and performance? [in English]

15:00 Paula Klein (University of Poitiers), The City as Exploded Archive: “señalamientos” and project-pieces in Argentinean art (Vigo, Greco, Ginzburg, Macchi) [in English]

15:30 Daniel García Andújar (Technologie to the people), A Castle in Ruins. Decoding the Empire [in English]

16:00-16:30 Discussion [in English] and Coffee

 

16:30-18:00 Session 6. Chair: François-Ronan Dubois (CFC)

16:30 Katarzyna Bojarska (The Polish Academy of Sciences) An Archive of Her Own [in English]

17:00 Marie-Eve Lacasse (Paris 8 University), Natalie Barney’s Archive: Aspern’s syndrome[in English]

17:30 Magdalena Mazik (MOCAK/Museum of Contemporary Art in Krakow), Live Images. The Archive’s potential and challenges for educational practices [in English]

18:00-13:00 Discussion [in French and English]

 

Wednesday, December 13

10:00-12:00 Session 7. Chair: Łukasz Zaremba (University of Warsaw)

10:00 Iwona Kurz (University of Warsaw), Anna Baumgart’s Knowledge out of non-existing Archives [in English]

10:30 Pablo Santa Olalla (University of Barcelona), Travel and Archive as Artistic Research Methodologies in the Early Works of Muntadas [in English]

11:00 Marta Dziewańska (The Museum of Modern Art in Warsaw), R.H. Quaytman: History in Motion[in English]

11:30 Katarzyna Wincenciak (MOCAK Museum of Contemporary Art in Krakow), Władysław Hasior’s Cinema. Performativeness and agency in the context of slides from the artist’s archives [in English]

12:00-12:30 Discussion [in English] and Closing Remarks/End of Conference

12:30-13:00 Lunch 

+ABSTRACTS

Daniel García Andújar

Title: A Castle in Ruins. Decoding the Empire

Abstract: The Real Sitio de San Lorenzo de El Escorial (the Monastery of El Escorial) is a large building complex (a palace, the monastery itself, a museum and a library) set in San Lorenzo de El Escorial, a town 45km northwest of Madrid. This colossal building would be joined by the Archivo General de Simancas (General Archive of Simancas), which was established as a royal archive by Philip II (it what was one of the most outstanding logistical and technical enterprises of that time). The question we should ask ourselves is, was Philip II aware at the time that information is power, and that, further, controlling information would help him maintain power, for himself and his heirs? The technological developments which have taken place through history have had a direct influence on governmental systems. And speaking, as we are, about libraries, bookshops, archives and books, we must admit that the main way of gathering information, storing and distributing content played an essential part in the spreading of the most influential ideas on contemporary politics. Art world audiences, museum and art centre visitors, and those taking part in various cultural events no longer wish to be restricted to only receiving information on these events, and they now demand to have the chance to interact with them, to be active participants in the actual mechanism for the transmission of information and in the process whereby this information is converted into knowledge. Citizens (whose capabilities have almost been reduced to those of mere consumers) are now unleashing forces which will „flatten” governments, creating a new civil society.

 

Camille Bloomfield

Title: Auto-Archive as Mode of Existence: digital world in the service of performance-poetry

Abstract: Ephemeral, yettransmissible,the performance-poetry as genre is linked with online archiving. The performance-poetry, situated beyond institutionalized poetry, between literature and theatre, presented as hic et nunc experience is also paradoxical. This paper investigates several projects (I will refer to French websites and social media) in order to analyze the auto-archive gesture of performance-poetry in his different dimensions.

Katarzyna Bojarska

Title: An Archive of Her Own

Abstract: In my presentation, I would like to take a closer look at quite recent album of Konrad Pustoła’s photographic oeuvre, which was edited and published after the artist’s premature death. The album – as a very specific, affective vision of the archive – was put together by the artist’s female partner, who survived him. I would like to interpret her gesture in relation to Ariella Azoulay’s photographic archives of potential history, as well as Roni Horn’s, Tacita Dean’s and Zoe Leonard’s artistic strategies of questioning and reclaiming the power of the archive and of the photographic image.

 

Zofia Cielątkowska

Title: The Archive of Gestures: Artistic Practices and the Power of Discourse

Abstract: The talk will be devoted to the issue of African-American representation in visual arts with special emphasis on photography. The talk will be a selective story told with the medium of the “picture” accompanied by the critical analyzes: ‘what does it mean to represent’ and ‘why photography was (is?) important’ in that story.

 

Frédéric Detue

Title: Artistic Archives: Art of Testimonies Assembling

Abstract: This paper discusses and investigate the techniques of artistic assembly of testimonies in literature, theatre and comics in order to articulate the differences between each medium and its documentary value. On what level aestheticand documentary values of these operations and techniques are related to each other?

 

Marta Dziewańska

Title: R.H. Quaytman: History in Motion

Abstract: R. H. Quaytman has been working – since 2001 – on an ongoing series of paintings, called ChaptersChapters are bound together by a unifying theme, yet they vary greatly. Culled from or referencing a range of sources, they seem to point beyond themselves and evoke some vast collective image archive. The groups forming each chapter share some features (some variable, some not) and the term “chapter” seems not only to name the more or less separate installations, but also provides them a certain sense of open-endedness. All this creates a landscape of contingency: a mix of transparency and opacity, spontaneity and notation, tenet and the deviation from it. It is a way of archiving, but without precise end; continuation, but not without surprises; a novel without conclusion(s). In my presentation, I will examine the ways in which Quaytman’ oeuvre approaches the history/the archive: where is it posited; how is it defined. I will look at the ways in which the idea of the past, present and that of the future appear and how plastic they are.

 

Ana Maria Guash

Title: Art, Archive and Exhibition: “Other Art History” of 20th and 21st centuries

Abstract: The presence of a section devoted to the art of archives at Documenta XII exhibition in Kessel with, among others, Maria Eichhorn and Walid Raad contributions, seeks to confirm our hypothesis about “archival turn” considered as modus operandi and paradigm, a conceptual frame that structures both, artistic and exhibition practices of the first decades of the 21st century.

 

Agata Jakubowska 

Title: Materiality of the Zofia Kulik and KwieKulik Archive

Abstract: Zofia Kulik belongs to the artists who devote much of their time and energy to working with archives. In her case we are talking about a complex archive (consisting of materials dealing with her solo work, as well as the activities of the duo KwieKulik) that she keeps in her house and perceives as an object of constant care. She (re)arranges it, describes, (re)uses in her new works etc. While, as many other archives, this one is also a subject of a process of digitalization, that aims at making it more available, it still remains a material space that contains multiple physical objects. In my paper I am going to concentrate on material aspects of this archive. On the archive as a physical space, on archival collection as a collection of material objects and on material practice of maintaining and also studying the archive.

 

Klara Kemp-Welsh

Title: Reassembling the Social: Networking experimental artists’ archives of the 1970s

Abstract: Experimental art in late socialist east-central Europe served as a powerful zone of contact and artists’ archives are treasure troves for the recovery of connections between dispersed local scenes. Reconnecting dialogues across archives enable us to map historical constellations into a wider network – treating particular documents and objects as “connectors” within wider processes of global exchange. My paper draws on the archives of Klaus Groh, Andrzej Partum, KwieKulik, Edgardo Antonio Vigo and others to explore the networked character of experimental art of the 1970s in relation to Havel’s definition of the „parallel culture” as one characterized by a focus on alternative channels of distribution.

 

Nina Kennel

Title: Narratives of events and artworks. Negus by Invernomuto

Abstract: Negus (2016) is a film by an Italian duo of artist-Djs called Invernomuto (Simone Bertuzzi and Simone Trabucchi). The presentation will try to observe how the investigative process expands into the film’s formal aspect, as well as in the “documents” created by the artists alongside the filmic account. We will try to unfold the hypothesis suggested by the film where historical events appear as outgrowths of reggae lyrics and vinyl iconography — therefore inverting the idea of these objects as recordings or traces of past events.

 

Paula Klein

Title: The City as Exploded Archive: “señalamientos” and project-pieces in Argentinean art (Vigo, Greco, Ginzburg, Macchi)

Abstract: To unmask the city, to render visible the invisible, to penetrate the veil of obscurity that routine casts over familiar urban spaces. Through artworks that are presented as “projects” to be realised, if not “protocol-pieces” that require a collective performance on behalf of the public, the Argentinean artists Edgardo Antonio Vigo, Alberto Greco and Carlos Ginzburg transform public space into an open archive. In the late 1960s and the early 1970s, Greco’s Vivo-Ditos or “live art”, Vigo’s “signalings” or “instructional works”, and Ginzburg’s “revulsions” and “signalisations” of urban space devised the act of demarcating everyday spaces as politically subversive. In this process of revealing that which is in front of our eyes, photographic documentation emerges as the only material trace of an essentially ephemeral work of art. In 2004, Argentineans Jorge Macchi and María Negroni adopted the principal of the protocol-piece in order to propose a series of constrained urban walking tours. Buenos Aires tour emerges as another possible archive of the city, constructed from collected urban refuse, found objects, and the photographic documentation of the routes walked by the artists.

 

Iwona Kurz 

Title: Anna Baumgart’s Knowledge out of non-existing Archives

Abstract: In her works, Anna Baumgart, Polish visual artist (b. 1966) very often refers to the historical archives. I would like to analyse Baumgart’s usages of archival sources (and their lack) as a way of reflection on problems posed by the archives and the methods of their regulations and control. In Baumgart’s view, the historical process is disputable – but there is still something that can be done to change it.

 

Marie-Eve Lacasse

Title: Natalie Barney’s Archive: Aspern’s syndrome

Abstract: Archives of Natalie Barney (1876-1972), an iconic figure of lesbian literary and social milieu of avant-garde Paris are conserved in Jacques Doucet Library in Paris. It is constituted of 36 000 mainly unpublished notes. Even inaccessible for the public, those „silly archives” (J. Halberstam, The Queer Art of Failure, 2011) are very enlighteningon many levels. How can a researcher avoid the Aspern’s syndrome in this case? Furthermore,what a closed archive can tell us?

 

Ana Longoni

Title: On the Use of Archives: notes on Conceptualsismos del Sur project’s archives politics

Abstract: Conceptualsismos del Sur is a collective initiative bringing together a set of researchers and artists scattered around various parts of Latin America and Europe, which proposes to establish itself as a platform for common thought and action dealing with contemporary relations between art and politics. It was founded in 2007 by a group of researchers concerned with the need to intervene politically in the neutralisation processes of critical potential of a set of ‚conceptual practices’ that took place in Latin America since the early 1960s. Since its foundation, the network has been involved in a long-term reflection on the uses and politics of archives, working on the organisation and constitution of some of the most important artists’ archives in South America. The latest publications include Desinventario (2015) and Arte y disidencia política: Memorias del Taller 4 Rojo (2015). The paper, as a form of self-critique reflection, discusses and evaluates different project’s archives politics, their potentialities and limits.

 

Annick Louis, Clara Zgoła

Title: Ephemeral beings and objects: boundaries of the archives

Abstract: Classicworks of historians Arlette Farge (Le goût des archives)and Natalie Zemon-Davis (Fiction in the Archives) demonstrates the importance of the writing in the research process engaged with archival material. Furthermore, the relation of archival material and writing results described by them creates new objects and hypothesis. In this paper we will like to discuss the productivity of the encounter that occur between archives and fictional narratives and confront us with advanced analytical and theoretical challenges.

 

Magdalena Mazik 

Title: Live Images. Archive’s potential and challenges for educational practices

Abstract: The paper discusses the rules of preservation and access to different kinds of sources: books and archive materials. Not only does it provide practical instructions but also reveals an inspiring role of the museum regulations for programming of educational and research projects. The presentation is based mainly on the case study of the Mieczysław Porębski Library, enriched with selected educational activities run by the Museum of Contemporary Art in Kraków MOCAK from 2012 till 2017. Mieczysław Porębski’s Library has existed at MOCAK Museum of Contemporary Art in Kraków (Poland) from its very beginning (2012), combining the functions of a reading room and a permanent exhibition. Professor Mieczysław Porębski (1921-2012), historian, art theoretician and critic, donated to the museum his private book collection of more than 5 000 items. In the space arranged to replicate the studio in the Professor’s flat in Krakow, there is an exhibition of works by his artist friends – representatives of the canon of Polish post-war art. Its form puts the inspiring tension between categories like: library/museum exhibition, text/image, private/public under consideration.

 

Pablo Santa Olalla

Title: Travel and Archive as Artistic Research Methodologies in the Early Works of Muntadas

Abstract: Conceptual art is the framework within which a specific artistic actor appeared: the agent-traveller. He/she is not the one who simply travels or sends freights through the transport networks, but the one who internalises mobility within his/her practice. The emergence of this figure can be traced back to the context of augmented mobility of the Jet Age. Most agent-travellers introduced the archival dispositive in their practices. As fast movement and communications brought shortening of distances and acceleration of time and thus transformations in the perception of the world , archival strategies such as data collection, classification, seriality and indexicality won a place within the art field. In this paper, the linkage between travel and archive as artistic research methodologies will be addressed departing from the early works of Muntadas.

 

Dinah Ribard

Title: Archives of Work, Archives in Work: Pottery and Poetry

Abstract: Writing, especially poetic writing, is highly present in the work of potters and ceramists, craftsmen and artists. It archives the past of pottery – craftsmanship, ancient techniques and theories – and the past of the ceramist – his experiments and experiences, the sense of his return or resort to craftsmanship to make a work of art. Poetry can sometimes be seen directly on pottery, on unique works or reproducible objects; sometimes it becomes an instrument for action – an action in itself. Books and catalogues devoted to an artist’s ceramic work reproduce this writing on clay; as an archive of artistic labor, they may publish pieces of poetry presented as having accompanied, been a commentary on, perhaps the thinking of the production of a work. They may even publish old exhibition leaflets sometimes written in the form of poems. The reflection proposed in this paper will be based on several cases, including Jacqueline and Bernard Courcoul: a couple of contemporary ceramists, Jean-Antoine Peyrottes: a 19th century poet-potter, Dave the Slave: a slave from North Carolina whose potteries decorated with rhyming couplets (and signed) are now on display in museums.

 

Dorota Sosnowska

Title: Theaster Gates Black space and Robert Kuśmirowski’s Trauma ruins – archives, leftovers and performance?

Abstract: Black space is a term used by American artist Theaster Gates in reference to places abandoned by their inhabitants due to process of gentrification. By collecting the leftovers – raw material for his art – he re-constructs a kind of archive, which becomes a model of black identity celebration. On the other side of the world Polish artist Robert Kuśmirowski reconstructed ruins that never existed. His Traumagutstrasse was site-specific work which encapsulated detailed, real life scale fragment of ruined building. False things that were referring to the history that never happened constituted the artistic archive as real and material as historical one. I would like to compare those two artists and two ways of playing with leftovers to ask how they perform in those two seemingly different contexts. I would like to present two models of thinking about the relationship between history and present day mediated by leftovers, remains, ruins and archives. But in the end, I would like to use those examples to show how seemingly homogenous and supposedly white Polish identity is entangled in racial context; how almost inexistent blackness and lost during war and communist times Jewish identity play in Poland a role of the leftover – remain that strongly subvert the cohesion of national identity and launches some new performative and artistic strategies.

 

Jesús R. Velasco

Title: The Third Thesis: Hypomnemata and the Form of Memory

Abstract: Walter Benjamin’s third thesis on the concept of history posits that nothing is really lost for history; my intervention delves into the question of how to deal with non-archival archives, with the specific case of the ephemeral wall of post-its in Union Square, or the memorial in Paris’ Place de la République.

 

Katarzyna Wincenciak

Title: Wladyslaw Hasior’s Cinema. Performativeness and agency in the context of slides from the artist’s archives

Abstract: Wladyslaw Hasior claimed that camera was accompanied his creative activity ever since. After his death, he left more than 20 000 diapositives to Muzeum Tatrzańskie. Slides were arranged in 385 separate thematic sets. The material collected by the artist escapes the Archives category. Hasior has often used the notion of a Photographic Notebook and a Cinema to describe his work. Their assumptions are close to the Atlas – starting with Warburg’s Mnemosyne. Hasior’s activities even more: it was not only to categorize the photos, but also to present it. Cinema is an audio-visual spectacle. Its performativity is lead in a way Mieke Bal describes a narrative text, in which the story of a specific plot was passed with the actors (which were both Hasior, and each picture). The concept of an actor in this case automatically directs us towards the actor-network concept and the agency. Hasior’s collection of photographs is only part of the huge legacy left behind by the artist in his Gallery. Then it gives a chance for intertextuality of archive, that occur in two ways. First, when working on creating each Notepad sets. We might see that Hasior was one of the earliest proponents of this postmodern method of analysing ancient, modern art, his own artworks folk or plebeian art. The statements made by him are not intended to trace the formation of an iconographic thread over the ages, but rather to expand the field of art. Hence references to nature, trashes, cemeteries, garden dwarfs or primitive art. The second intertextuality is the interplay between the various fields of the artist’s activity. This does not apply only to Notepad sets called „Inspirations”. It is a kind of interdependence and continuous exchange, that works bidirectionally within: artist’ assemblages, monuments, his atelier – as a visual and performing space, composition of photos, slides as artefacts, Notepad, Cinema as a performative work. It is also an intertextuality on the external factor: the anthropology of the 20th century and the study of the visuality.

 

Małgorzata Zawadzka

Title: Photographic memory. Stawisko Museum’s albums of Jarosław Iwaszkiewicz’s family photographs

Abstract: This paper presentsthe collections of familyphotographs (8 000 pieces) of Polish writer Jarosław Iwaszkiewicz archived in the museum of his name in order to discuss his attitude toward the autobiographical traces captured by those artefacts. To do so we will refer to Roland Barthes and Susan Sontag concepts of photographic memory.

 

Magdalena Zych 

Title: „I never thought about it before”. The stories of Awkward Objects of Genocide in ethnographic collections of vernacular art

Abstract: “I never thought about it before”, said the curator from one the museums where we were searching for vernacular art objects related to the Holocaust memory. This statement will be the frame of the story about the visual representations of the difficult past in the difficult present. Eastern Europe witnessed 14 million deaths in a period of little more than a decade between 1933 and 1945. It can be assumed that every community produced artistic responses to that traumatic memory, but Holocaust scholarship has yet to attend seriously to vernacular arts of witness. To this end, this paper discusses the project Awkward Objects of Genocide. Through a survey of objects in Polish ethnographic museums (as well as other Polish and German public and private collections), the creation of a public database, and the development of collaborative, arts-based interventions, it aims to highlight the vernacular art of witness for Polish and international publics. The ultimate goal of the project is to reframe and draw new attention to this fascinating, under-recognized category of object in order to: (1) broaden what we understand as “Holocaust art”; (2) expand the field of Holocaust memory studies to include a range of “bystander” perspectives; and (3) challenge traditional approaches to folk art and ethnographic museology more broadly. The presentation, prepared by academics-curators-artist research team (Erica Lehrer, Roma Sendyka, Magdalena Zych, Wojciech Wilczyk), will be illustrated by Wojciech Wilczyk’s photographs.

+BIOGRAPHICAL NOTES

Daniel García Andújar is a visual media artist, activist and art theorist from Spain, the founder of the Technologie to the peopleorganization. He lives and works in Barcelona. His work has been exhibited widely, including Manifesta 4, the Venice Biennale and documenta 14 Athens, Kessel.

 

Camille Bloomfield researcher and lecturer at Paris-13 University (PRCE) affiliated to La Pléiade research group. Specialist of the OuLiPo literary movement, former archivist of the OuLiPo collection at BNF (National Library) where she was responsible for the digitalisation of OuLiPo archive, translator of artistic manifestos. Her book, Raconter l’Oulipo. Histoire et sociologie d’un groupe (1960-2000) was published in 2017 by Honoré Champion.

 

Katarzyna Bojarska Assistant professor at the Institute of Literary Research, Polish Academy of Sciences, works in the Department of Late Modernity Literature and Culture. Author of articles and translations devoted to the relations of art, literature, history and psychoanalysis. Translated among others Michael Rothberg’s Multidirectional Memory. Remembering the Holocaust in the Age of Decolonization and Susan Buck-Morss’ Hegel, Haiti and Universal History. Author of a book Wydarzenia po Wydarzeniu: Białoszewski– Richter – Spiegelman [Events after the Event: Białoszewski – Richter – Spiegelman] (2012). Co-founder and editor of academic journal View. Theories and Practices of Visual Culture.

 

Zofia Cielątkowska (independent researcher, CFC) Philosopher, curator and writer. Doctor of Humanities in Philosophy (2013), Graduate of Philosophy (2006) and Curatorial Studies (2008). Her writing and curatorial research focus on social contexts in visual arts, theatre and performance (with focus on issues such as the problems of identity within the social context, language, gender, and feminism, the mechanisms of power and symbolic violence, as well as the contemporary problems of exclusion and marginalization (post-)(neo-)colonial studies). She is currently researching on African American representation in photography and female drama writers.

 

Frédéric Detue researcher and lecturer (MC/ assistant professor) at University of Poitiers, he is a member of FoReLLIS research centreand is co-directing the seminar about Knowledge of testimonies at EHESS. Since 2016 he is directing a research program about migration representations and is currently preparing an essay about romanticism and totalitarianism.

 

Marta Dziewańska is a curator and writer, currently Curator of Research at the Museum of Modern Art, Warsaw and a PhD candidate in Philosophy at the Polish Academy of Sciences. She has curated and collaborated on several major exhibitions including Andrzej Wróblewski: Recto/Verso. 1948-1949, 1956-1957 (Museum of Modern Art in Warsaw and Museo Reina Sofia in Madrid), Maria Bartuszova: Provisional Forms (Museum of Modern Art in Warsaw); Alina Szapocznikow: Sculpture Undone 1955-1973 (WIELS Contemporary Art Centre in Brussels); Awkward Objects: Alina Szapocznikow and Maria Bartuszova, Pauline Boty, Louise Bourgeois, Eva Hesse, and Paulina Ołowska (Museum of Modern Art in Warsaw). She is co-editor of Andrzej Wróblewski. Recto/Verso, Post-Post Soviet? Art, Politics & Society in Russia at the Turn of the Decade, 1968-1989Political Upheaval and Artistic Change and editor of Ion Grigorescu: In the Body of the Victim. She also regularly contributes texts to art magazines and exhibition.

 

Ana Maria Guash Professor of the Department of Contemporary Art History at the University of Barcelona. She has also been a teacher at the Universities of Seville and Complutense de Madrid. She wrote The Art of the 20th Century: from the Second World War to Our Times, The Art of the 20th Century and Its Exhibitions: 1945-1995The Manifestos of Postmodern Art: Texts of Expositions 1980-1995The Last Art of the 20th Century: From Postminimalism to Multiculturalism: 1968-1995Art Criticism: Theory and Praxis, Criticism in Dialogue: Interviews About Art and Contemporary Thinking, Discrepant Dialogues in Art Criticism (2000-2011), Formal, Textual and (Con) textual Art Criticism. Currently, Guasch focuses her investigations on three areas: Archiving – Memory and Contemporary Art, Art History and Visual Studies, and Contemporary Art and Globalization. Those fields of investigation were developed in exhibitions; “The Places of Memory: The Art of Archiving and Remembering,” Visual Autobiographies: Between the Archive and the Index, Art and Archive: Genealogies, Typologies, and Discontinuities. Guasch has been a Visiting Fellow in the Universities of Princeton, Yale, Columbia, San Diego, and The School of the Art Institute of Chicago and Visiting Scholar at the Getty Research Institute in LA. Since 2007 she has been the Project Director of Critical Cartography of Art and Visuality in the Global Age: New Methodologies, Concepts, and Analytic Scopes. She also directs and coordinates Global Art Archive, a research group that studies archives and their role as a liaison between collective memory and individual development. She is part of the London-based international study Visual Culture Studies in Europe (HERA), and Art and Globalization research group in Paris (INHA). Since 1975, Anna Maria has worked relentlessly as a critic of art in numerous national and international publications.

 

Agata Jakubowska Associate Professor at the Department of Art History at Adam Mickiewicz University in Poznań, Poland. She is the author of, among others, On the Margins of a Mirror: The Female Body in Polish Women Artists’ Works (in Polish, 2004); A Multiple Portrait of Alina Szapocznikow’s Oeuvre (in Polish, 2008); Awkward Objects: Alina Szapocznikow (ed., Museum of Modern Art, Warsaw, 2011), and numerous articles on Polish women artists. She is currently working on a project devoted to the history of women-only exhibitions, and on a book devoted to the Polish sculptor Maria Pinińska-Bereś (1931–1999). Since 2009, she has served as the vice president of the Polish section of the International Association of Art Critics (AICA).

 

Klara Kemp-Welsh was educated at University College London and the School of Slavonic and East European Studies (BA French and Art History, MA Russian and East European Literature and Culture, PhD History of Art). After completing her doctorate on East-Central European Conceptualism, supervised by Professor Briony Fer, she was the recipient of a Leverhulme Early Career Fellowship, followed by an AHRC Early Career Fellowship and an Igor Zabel Association working grant. Before joining The Courtauld in 2009, she lectured at University College London, the University of the Arts London (Camberwell), and the University of York. Her next book, Networking the Bloc. International Relations and Experimental Art in Eastern Europe 1968-1989, will be published in 2018.

 

Nina Kennel graduated from Geneva School of Art and Design in Switzerland and EHESS, currently PhD candidate in Literature and Arts at EHESS under the supervision of Dinah Ribard.

 

Paula Klein PhD in Comparative Literature from Poitiers’s University, Paula Klein specializes in French and Latino-American Literature of the 20th and 21st-Century (Cortázar, Levrero, Aira, Copi, Perec, Roubaud). Graduated from the Buenos Aires University (Argentine) and from the École d’Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS-Paris), she worked as a fellow researcher at the Bibliothèque Nationale de France on the Oulipo’s archives. She has recently published: « La escritura del dolor en los diarios de Mario Levrero: protocolos, reglas de vida y de escritura » (Cahiers du CRLA, 2017), « Un ejercicio de olvido : estrategias de Babel y de los babélicos a fines de los años 80 » (Almacenes de un tiempo en fuga : Revistas culturales en la modernidad hispánica, 2014), « Cortázar et l’Oulipo : Départ d’un jeu » (De ligne en ligne, 2014). She is actually teaching at the University of Paris-Est-Créteil.

 

Iwona Kurz Associate Professor in the Section for Film and Visual Culture; historian of Polish modernity, Deputy Director of the Institute of Polish Culture, member of the Team for Research of 19th century Culture and the Team for Research of Holocaust Memory. She is the author of Twarze w tłumie [Faces in the Crowd. Views of the Heroes of Collective Imagination in Polish Culture 1955–1969], the co-author of Obyczaje polskie. Wiek XX w krótkich hasłach [Polish Customs. 20th Century in Short Entries], editor of Film i historia. Antologia [Film and History. Anthology], and Return to the Archives ­thematic issue of Contemporary Culture; co-editor of readers Antropologia ciała [Anthropology of the Body] (2008) and Antropologia kultury wizualnej [Anthropology of Visual Culture] (2012). She leads the research project „Visual Culture in Poland: Language, Concepts, Meta-pictures”, is also a co-leader of project „Creation and Analysis of Sources in Performance Arts” and participates in projects devoted to research on 19th century expositions and memory of Holocaust.She is a co-editor of the academic journal „View. Theories and Practices of Visual Culture”

 

Marie-Eve Lacasse independent researcher, art critic and writer. Graduate from Paris 7 University (M.A. 2007), currently doctoral student at Paris 8 University, her first book, Peggy dans les phares, was published in 2017 by Flammarion. She is from Canada, but lives in Paris since 2003. Her writing and research focus on social and politic contexts of archives, especially Natalie Barney’s ones.

 

Ana Longoni writer and researcher in CONICET in Argentina, specialized in the articulations between art and politics in Latin America since the XXth century. She received a B.A. in Literature and a Ph.D. in Arts from the Universidad de Buenos Aires, where she currently lectures. She also teaches at the Independent Studies Programme of MACBA (Barcelona) and other universities. She has published, alone or in collaboration, among other works: Del Di Tella a Tucumán Arde (From the Di Tella Institute to Tucumán Arde), Traiciones (Treasons), El Siluetazo (The Silhouttes), Conceptualismos del Sur (Southern Conceptualisms), Leandro Katz, and Vanguardia y Revolución (Avant-garde and Revolution). She is an active member of the Southern Conceptualisms Network. As curator, she works in Roberto Jacoby, The Desire is born from Collapse (Museo Nacional Reina Sofìa), Losing the Human Form (Museo Reina Sofia, MALI, MUNTREF), and Oscar Masotta: Theory as Action (MUAC).

 

Annick Louis researcher and lecturer (MCF/associated professor) at EHESS (CRAL) and University of Reims. Graduated from University of Buenos Aires, she completed her PhD at EHESS. Specialist of Argentinian writer Jorge Luis Borges, her research focus on social and historical contexts of literature and its epistemological dimensions. Shas also been a teacher or a fellow at the Universities of Yale, Erlangen (Humboldt Fellowship) and Buenos Aires. She investigates literary institutions and traditions, the notion of author, textuality, reception or edition. She is the author ofBorges face au fascisme 1. Les causes du présent, Borges face au fascisme 2. Les fictions du contemporain, shehasco-edited Lire Borges aujourd’hui, Josefina Ludmer, Cours 1985. Quelques problèmes de théorie littéraire.

 

Magdalena Mazik manager of the Library at MOCAK Museum of Contemporary Art in Kraków. PhD Candidate at the Chair of Anthropology of Literature and Cultural Studies, the Faculty of Polish Studies Jagiellonian University. Her research field contains writings by Polish art theoreticians, art books, institutional critique and culture animation.

 

Pablo Santa Olalla has a BA degree in Fine Arts and MA degree in Advanced Studies in Art History, both from the University of Barcelona. He is currently working in a PhD thesis about the relational networks between the conceptualist art practices in Latin America and Spain, within the framework of the Research Group Art Globalization Interculturality and the research project Decentralized Modernities: Art, politics and counterculture in the transatlantic axis during the Cold War. Pablo is also interested in curating and archiving art. He collaborates with the Muntadas’ Archive (ARXIU/AM), and takes part of the On Mediation Seminar on Curatorial Theories and Practices as technical assistant and coordinator.

 

Dinah Ribard researcher and lecturer at EHESS, member of the Grihl research group. She published among others; Histoire Littérature Témoignage. Ecrire les malheurs du temps, Ecriture et action XVIIe-XIXe siècle, une enquête collective, and articles « Le menuisier et l’enfant », Gradhiva 2/ 2014, « Evénement, événementialité, traces », Recherches de Science Religieuse, 1/ 2014, « Penser l’histoire avec la peinture », in Alain Cantillon and Nigel Saint (eds), Early Modern French Studies, « Témoigner en poésie. Le cas de Marc de Larréguy », Poétique.

 

Dorota Sosnowska Assistant Professor in the Section for Theatre and Performance; cultural theorist interested in theatre and performance, she participated in the project European Collected Library of Artistic Performance and currently is a member of the research project Creation and Analysis of Sources in Performance Arts. Her academic work is devoted to issues of source, archive, documentation and media in theatre and performance studies. She is the author of the book Królowe PRL. Sceniczne wizerunki Ireny Eichlerówny, Niny Andrycz i Elżbiety Barszczewskiej jako modele kobiecości [The Queens of the People’s Republic of Poland. The Theatre Roles of Irena Eichlerówna, Nina Andrycz and Elżbieta Barszczewska as Models of Femininity], she edited books about contemporary art: the Polish edition of Sarah Thornton’s Seven days in the Art World, Stanisław Dróżdż’s Between, The Edge of It. She is the vice President of Propaganda  foundation.

 

Jesús R. Velasco Professor and Director of Graduate Studies Department of Latin American and Iberian Cultures, Institute for Comparative Literature and Society / Center for Contemporary Critical Thought, Law School at Columbia University. He teaches Medieval and Early Modern Studies, he has taught at the University of California, Berkeley, Universidad de Salamanca, Université Sorbonne Nouvelle, and the École Normale Supérieure. Among his publications are books and articles on Medieval and Early Modern knighthood, history of the book and reading, medieval political theory, law and culture, Occitan poetry, etc. He has been one of the executive directors of the Journal of Medieval Iberian Studies and a member of the MLA Committee on Scholarly Editions. He was the recipient of the 2010 John K. Walsh award. He served as Chair of the Department of Latin American and Iberian Cultures between 2013 and 2016.

 

Katarzyna Wincenciak graduated of Art History at the Jagiellonian University and Warsaw Film School. PhD student at the Art Institute, Polish Academy of Sciences. She worked for the Museum of Modern Art in Warsaw on digitization of archives of Alina Szapocznikow and Eustachy Kossakowski. Since 2011 has been working in Museum of Contemporary Art in Krakow MOCAK, where she takes care of the artistic and photographic archives. She was the coordinator of exhibitions Wladyslaw Hasior. European Rauschenberg?; Krzysztof Niemczyk. Situationist, writer, painter and curator of exhibitions Read more; Space: The MOCAK Collection and Popes at MOCAK. She took part in different conferences including FORMAT15 Conference: The Evidence in Derby. The main subject of her studies are the photographic archives of artists that were mainly using other techniques of creations (painters, sculptors etc.), the issue of digitalization and publication online the private photography and the concepts of performativity and agency referring to archives.

 

Małgorzata Zawadzka graduated of Art History and French Studies at the University of Warsaw, curator and scholar, she works as archivist at Anna et Jaroslaw Iwaszkiewicz’s Museum in Stawisko and lectures at University of Warsaw and of Bialystok. PhD in in French Literature from University of Warsaw (2013), she wrote a doctoral dissertation about the French poet Jean Cocteau and his relation with arts. She is interested in literature and visual arts, art history and photography.

 

Clara Zgola researcher and lecturer (PhD candidate) in the Centre de Recherches sur les Arts et Langage at French National Center for Scientific Research/School of Advanced Studies in Social Sciences-Paris and in the Institute of Polish Culture at University of Warsaw, associated researcher in Centre for French Culture and Francophone Studies. She was a member of the research grant team „Topographies: City, Map, Literature” (NPRH)and is co-directing with Annick Louis the international research project „Writing of archives”.She is the principal investigator of the project „Literary Explorations of the City”and „Parisian Identities of Contemporary French Novelists”(NCN). She is an author of numerous articles in academic peer-reviewed journals, as well as essays and chapters in books, has recently co-edited the volumes Foucault’s philosophy genealogy and heritage and Les cultures en marge(s), is currently preparing a book about Parisian identities of 20th and 21st century French writers.

 

Magdalena Zych is a cultural anthropologist and curator at the Seweryn Udziela Ethnographic Museum in Krakow. Among her responsibilities is coordinating research projects at the museum. She is the co-author and co-editor of the books dzieło-działka [The art of the allotment] (2012) and Wesela 21 [Weddings 21] (2015). She is working on her doctoral dissertation about contemporary ethnographic collections at Jagiellonian University’s Institute of Ethnology and Cultural Anthropology.

Prowadzący i prowadzące panele:

IKP: Grzegorz Godlewski, Agnieszka Karpowicz, Marcin Napiórkowski, Włodzimierz Pessel, Łukasz Zaremba

OKF: François-Ronan Dubois, Nicolas Maslowski

ecritures_plakat

 

Tagi:

Data publikacji: 30-11-2017

Instytut Kultury Polskiej
Krakowskie Przedmieście 26/28
00-927 Warszawa
tel.+48 22 552 03 24
22 552 26 04

Uniwersytet Warszawski
ul. Krakowskie Przedmieście 26/28
00-927 Warszawa
tel. +48 22 552 00 00
NIP 525-001-12-66

Wydział Polonistyki

Projekt i realizacja:
rzeczyobrazkowe.pl